Mon parcours

Trone du Roi dans l'anticlinal de Sarrance. De droite à gauche, Dolomie jurassique (172 a), marnes de Ste Suzanne, calcaire aptien (125 Ma).

Pauli Richert : ma vie de géologue de terrain

 Je ne fais pas partie de ceux qui savaient dès leur plus jeune âge qu’ils allaient devenir géologue.

En effet, à la fin de mes études secondaires (1955), j’avais décidé de devenir professeur de gymnastique. Mais après une tentative de rentrer à l’Ecole Nationale Supérieure d’Education Physique, je me suis rendu compte que j’avais de nombreuses faiblesses surtout en athlétisme et que ça serait trop dur pour moi.

J’ai donc changé mon fusil d’épaule et grâce à Georges Bronner apprenant que les sociétés pétrolières lançaient leur recherche à travers le monde et cherchaient des géologues, j’ai tourné vers les Sciences de la Terre et je me suis lancé dans un cursus géologique à la faculté des  Sciences de Strasbourg.

Grace à des professeurs comme Mr G.Millot et Mr M.Ruhland, j’ai pu y arriver en passant par une thèse de 3 ième Cycle en 1964/ 1965, faite dans le cadre de la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine (SNPA) qui venait de découvrir le gisement de gaz de Lacq. Mon maître a été Jacques Henry avec qui j'ai découvert toute la subtilité de la géologie des Pyrénées.

Engagé dans cette société, j’ai eu la chance de faire de nombreuses missions de terrain à travers le monde où j’ai eu la chance de vivre des aventures très prenantes et pleines de découvertes.

Dans ce site, je vais essayer, dans une première partie, d’illustrer par des images et des commentaires, l'histoire géologique des Pyrénées occidentales qui est consacrée à tous ceux qui découvrent cette science et qui me pardonneront si parfois ils sont un peu perdus par un discours trop "scientifique".

Une deuxième partie du site concerne un apercu des missions faites dans de nombreux pays où l'on recherchait des hydrocarbures.

 Je voudrais remercier ici tout ceux qui de prés ou de loin ont partagé ces aventures dont J. Henry, G. Perrin, P. Sehans, JD Larribau, P. Gruneisen, B. Tillement, F. Chein et B.Porthault et bien sur de nombreux autres comme mes pôtes de l’IGAL, de Brest, de Rennes, de Paris, de Strasbourg avec qui j’ai eu la chance de faire de superbes missions dans le grand monde de la GEOLOGIE.

 

Ce qu’on a fait

La marche à pied est le sport le plus pratiqué par les géologues. Ici c'est en Oman.

La beauté de la géologie est de traverser des paysages où le commun des mortels n'a pas la chance d'accéder car c'est là où se trouvent les roches que l'on va étudier, échantillonner et analyser. Et ces roches se trouvent souvent dans les chaînes de montagne (ex: les Pyrénées) et parfois dans les bassins sédimentaires (ex: le bassin de Paris). Et souvent il faut beaucoup marcher pour arriver dans ces coins particuliers.  

Les montagnes je les aies parcourues  

- en Afrique, comme l'Atlas tunisien ,algérien et marocain, le Hoggar au Sahara, les montagnes longeant le Rift Est Africain de l'Ethiopie au Lac Malawi, les plateaux Sud-africains,

- en Amérique, les Andes et les Rocheuses américaines et canadiennes, les Appallaches, certaines iles comme La Barbade et Grenade

- en Russie, l'Oural au Kazakstan, le Nord de la Chaîne hymalayenne

- En Oman, les monts d'Oman, puis du Yemen et d'Egypte, 

-  en Australie, les montagnes orientales et centrales

- en Europe, les Alpes, les Pyrénées, les Vosges, les chaînes bétiques

- Le Svalbard, archipel d'ile au Nord de la Norvège à moins de 1000 kilomètres du Pole Nord.

Pauli en pleine explication géologique

Sites visités dans le monde, pendant ma vie de géologue

Du haut de cette montagne, la géologie vous interpelle .......

A Pau, conférence en salle sur les Pyrénées.

25. Avril, 2015

Dernières nouvelles

25/04/2015
Ca y est mon site a pris bonne tournure et est presque terminé. Encore quelques retouches et ce sera BON. mais vous pouvez le voir dés maintenant.