Et le géologue dans tout ça ??

 Pour répondre à cette question fondamentale, il faut, bien sur faire appel au travail du géologue. Comme dans la médecine, celui çi peut être soit un "généraliste", soit un"spécialiste". Le généraliste est celui qui synthétise tout ce que les spécialistes ont analysé. Ceci inclut: la sédimentologie ou étude des roches (calcaires, marnes, argiles ...), la tectonique ou étude des déformations (failles, fractures, plis, schistosité.....), la stratigraphie ou étude de l'âge des roches par les fossiles (paléontologie) ou les datations absolues pour les roches du magma..etc. Le spécialiste étudie et met en forme les différentes spécialités.

Il s'agit alors de réaliser soit des "cartes géologiques" où sur un fond topographique on relocalise la position des roches vues sur le terrain, soit "des coupes géologiques" ( voir photo 1) qui sont des tranches faites dans les cartes géologiques pour visionner la position des couches en profondeur.

Ces documents, cartes et coupes géologiques ont évolué suivant les auteurs et les interprétations qu'ils proposent. Elles ont changé en fonction de l'évolution des connaissances. (voir photo 2)

Dés 1927, P. Viennot suggérait des coupes influencées par les travaux faits dans les Alpes, et de grandes nappes aux contacts sub horizontaux étaient déssinées. Mais cette proposition c'est avérée fausse et abandonnée.

En 1960, M.Castéras de Toulouse, suggérait un décoiffement de la partie axiale des Pyrénées, dont la couverture secondaire et tertiaire aurait glissée vers le Nord et vers le Sud. Mais, là aussi l'interprétattion se révélait comme érronée et abandonnée.

Ce n'est que plus tard (1966), que les travaux de M. Mattauer de Montpellier et de son équipe, montrait l'implication du socle primaire dans la déformation tertiaire ce qui donnait une nouvelle image aux coupes. Cette interprétation fut suivie par les géologues comme J. Henry, J. Canerot et d'autres et est restée valide jusqu'à nos jours.

Avec A.Vilien, on dessine des coupes évolutives qui montrent l'évolution des déformations de 110 Ma à 34 Ma (voir photo 3).